Dimanche , 20 avril 2014
fr
Partageons nos bons plans économiques et écologiques!
Dépenser moins – Vivre mieux – Agir maintenant
Accueil » Habitat » FICHE – RECUPERATEUR D’EAU DE PLUIE

FICHE – RECUPERATEUR D’EAU DE PLUIE

L’eau de pluie, un cadeau tombé du ciel ! Sans pesticide, sans chlore, livrée à domicile, l’eau de pluie est de surcroît gratuite… Voilà un excellent moyen, avec un petit peu de bricolage, de faire baisser votre facture d’eau. En France, on l’ignore souvent mais cette dernière s’élève à 183 € par personne en moyenne.

Alors comment s’y prendre ? Votre toit, qui vous protège déjà de la pluie, est votre meilleur allié. C’est lui qui va collecter naturellement cette ressource. L’idée est de détourner l’eau de votre gouttière afin de remplir une cuve installée en contrebas. Le récupérateur d’eau de pluie se fixe à la gouttière et fonctionne en prélevant par gravité une partie de l’eau qui s’y écoule.

L’eau de pluie est plus douce que celle qui provient des nappes phréatiques mais elle n’est pas pour autant potable. Elle préserve vos appareils du tartre, et peut être utilisée pour tout, en dehors de l’usage alimentaire. C’est extrêmement économique surtout quand on connait le prix actuel du m3 d’eau, 3,39 €2 ! Il existe différents systèmes de récupération et de stockage d’eau.

Les petits dispositifs de récupération d’eau de pluie

Le collecteur est un anneau qui se fixe à la gouttière (le kit de raccordement coûte environ 20 €). Il alimente ensuite un tonneau (le récipient plastique de 500 litres se vend 50 €). En clair, pour 70 €, vous êtes équipé d’un mini-récupérateur d’eau de pluie. L’eau vous servira à arroser le jardin ou à laver la voiture. Pour une solution plus esthétique, moins polluante et économe, récupérez un vieux tonneau et repeignez-le. Un vieux baril fera aussi très bien l’affaire et apportera un petit cachet industriel à votre décoration de jardin. Avec ses 300 litres, il rapporte un euro à chaque remplissage.

Les citernes enterrées

Si vous avez la chance d’avoir un grand jardin, vous pouvez choisir d’y enterrer une citerne. Pour une petite cuve de 2 m3, faites vous-même les travaux (si vous vous en sentez le courage). Pour une plus grande citerne, mieux vaut faire appel à un professionnel. Il faut compter autour de 8 000 €3 pour une cuve de 10 m3 auxquels vous ajouterez le coût des appareils de filtration (osmoseur, jusqu’à 1 300 €, ou le filtre charbon actif ou céramique qui vous coûtera 100 € au minimum par an) et la pompe, autour de 350 €, soit un total de 8 450 €.

Pour ce type d’installation, vous bénéficiez d’un crédit d’impôt de 15 % sur l’achat de matériel (jusqu’à 16 000 € par couple). L’installation ci-dessus lui coûtera alors 7 250 € après utilisation de son crédit d’impôt (cf. fiche écofrugale à venir – Crédit d’impôt).

Avec ce type d’installation, vous devenez totalement autonome. L’autosuffisance en eau est une idée attractive quand on sait que les arrêtés de restriction d’eau sont chaque été plus nombreux. Vous devez prévenir votre mairie car si vous rejetez votre eau de pluie au tout à l’égout vous continuerez à payer la redevance. Vous êtes en effet tenu de payer le prix de son assainissement (presque 50 % du prix actuel de l’eau soit environ 1,50 € le m3) sur la base des m3 d’eau que vous payiez antérieurement.

Un arrêté de 2008 limite l’utilisation de l’eau de pluie dans les bâtiments au lave linge et au WC et n’est pas permise pour l’hygiène corporelle. Mais si vous avez un bon système de filtration, vous ne prendrez pas grand risque en vous lavant avec. Vous ne devez pas boire l’eau de pluie car elle est impropre à la consommation humaine, mais rassurez-vous l’usage de l’eau dans une maison en tant que boisson représente moins de 1 % de votre consommation.

ZOOM

En France, la précipitation moyenne annuelle est de 889 litres d’eau par m2. Avec un toit de 100 m2, vous récupérerez donc en théorie un maximum de 88,9 m3 par an soit 301 € d’eau sur la base d’un tarif moyen de 3,39 € le m3. L’estimation de cette économie est un peu simplifiée, car en réalité le prix de 3,39 € le m3 inclus aussi la redevance d’assainissement de l’eau, que vous serez tenu de continuer à payer quand bien même vous n’achèteriez plus de m3 d’eau.

Témoignage

Fabrice, 50 ans, cadre, Arreux (Ardennes).

“Le prix d’une cuve enterrée grande contenance est important. La mienne n’est pas enterrée et moins coûteuse, c’est une cuve de 350 l que l’on pose le long de la gouttière et qui est également fixée au mur. Elle est reliée à la gouttière par un tuyau avec un filtre. Je l’ai achetée il y a maintenant 4 ans au prix de 80 €. Il est vrai que je suis à la campagne, avec un grand terrain, mais même en ville avec une petite cour, c’est possible. Il suffit d’installer un citerne externe, qui ne prend pas beaucoup de place et de la raccorder ensuite à une gouttière. Surtout si le prix de l’eau est élevé, cela devient intéressant. Mais derrière cette démarche, il s’agit surtout d’utiliser un don du ciel gratuit et surtout, par les temps qui courent, précieux avec les problèmes de restrictions qui risquent d’être de plus en plus fréquents. Actuellement on utilise l’eau distribuée, donc traitée, pour arroser le jardin, mais aussi, pour les toilettes, sa voiture… Cette eau, pompée dans les nappes phréatiques nécessite des infrastructures et de l’énergie pour son transport, son traitement et son stockage. Alors l’utiliser pour les toilettes, c’est vraiment du gaspillage. J’utilise donc un sceau de 6 litres d’eau récupérée pour ne plus tirer la chasse !”

Étude de cas

Les petits dispositifs de récupération d’eau sont utiles pour le lavage de la voiture et l’arrosage du jardin. Ces deux activités représentent à elles seules 6 % de la consommation d’eau des ménages (toutefois, pour des raisons écologiques, mieux vaut laver sa voiture sur des endroits prévus à cet effet, de manière à ce que les eaux usées soient retraitées et n’aillent pas directement dans la nappe phréatique). En supposant un remplissage du réservoir de 500 litres 2 fois par mois, vous économisez 12 m3 d’eau, soit 36 € par an. L’investissement est remboursé dès la deuxième année. En amortissant l’investissement sur 20 ans, vous gagnerez 32,5 € par an. Les grandes installations vous rendront éventuellement auto-suffisants en eau mais elles ne vous feront pas nécessairement économiser de l’argent. Un couple avec 2 enfants qui aura dépensé 7 000 € après crédit d’impôt amortira l’installation de sa cuve sur 30 ans. Elle lui coûtera 233 € par an, plus 100 € d’entretien (filtre), soit 333 €. Si la famille payait auparavant 334 €5 ou plus, l’économie financière est nulle mais le gain pour la planète est bien réel. Pour une grande installation, il est important de bien faire ses calculs de consommation d’eau actuelle et d’avoir une idée précise de la pluviométrie ainsi que de la durée des sécheresses.

Pour aller plus loin

À lire :

Le guide malin de l’eau au jardin, écologie et économie, de Jean-Paul Thorez, Éditions Terre vivante. Un tour d’horizon des meilleures solutions.

À cliquer :

www.eaufrance.fr Le portail de l’eau qui facilite l’accès à l’information publique dans le domaine de l’eau.

www.setdn.fr/plus_sur_eau/consommer_eau.php Une filiale de Veolia avec de nombreuses informations pratiques sur la récupération d’eau.

 

6 commentaires

  1. avatar
    Philippe Green

    Le nouveau guide de l’Ademe pour aller plus loin: réussir une rénovation performante – mai 2012

    http://ecocitoyens.ademe.fr/sites/default/files/guide_ademe_reussir_renovation_performante.pdf

  2. avatar

    Il est possible de payer bien moins cher en installant une cuve de grande capacité hors sol, grâce à des dispositifs type Aqualogic.

    Pour ceux qui veulent voir la consommation d’eau de pluie d’une famille équipée : http://www.maison-aqualogic.fr/

  3. avatar

    Heu « sans pesticide » ?? Hélas non, la pluie peut tout à fait être chargée de particules de pesticides, de poussières de pollution, de bactéries et d’éléments radioactifs, les gouttes de pluie ne peuvent se former sans une base de noyau « dur » et tout et n’importe quoi peut être cette base…
    Exemples : les pluies acides chargées de particules chimiques acidifiantes, les pluies radioactives suite à des rejets redioactifs, le fait que certaines bactéries utilisent les nuages pour se reproduirent et se déplacer, bref analysez votre eau régulièrement !

  4. avatar

    Merci pour votre commentaire, pourriez vous nous envoyer vos sources, pour afin que l’on puisse faire les modifications nécessaires?

  5. avatar

    Le calculateur eau de pluie le plus abouti que nous avons vu à ce jour pour ceux qui habitent en île de France: http://planete.hauts-de-seine.net/recuperez-leau-de-pluie

  6. avatar
    Vincent Lacert

    Les calculs de retour sur investissement sont quelque peu faussés dans l’article.
    A près de 4.15 EUR du m3 d’eau par an, un réservoir de 5000L qui se remplira une trentaine de fois (soit 30x 5000) vous offrira 150.000L d’eau économisée soit 150m3 (soit +650 EUR d’économie/an)

    Il suffit ensuite d’utiliser intelligement cette eau (dans le réseau de sanitaire, les machines, les points d’eau intérieur et extérieur) et ce n’est pas 30 ans de retour sur investissement, mais 8 ans en moyenne après crédit d’impots… Il faut réaprendre à calculer.

    Pour ma part, j’ai fait installé un Kit PLUVIO Atlantique de cette contenance (5000L) et je peux vous certifier que les économies d’eau annuel sont de ce niveau en moyenne (-500 EUR/an) et il n’est pas nécessaire de changer filtre ou autre, tout est automatisé.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>