jeudi , 18 juillet 2019
enfr
Partageons nos bons plans économiques et écologiques!
Accueil » Habitat » FICHE ECOFRUGALE – VOISINAGE SOLIDAIRE

FICHE ECOFRUGALE – VOISINAGE SOLIDAIRE

Photo extraite de l’édition 2012 du Guide Ecofrugal

Cliquez ici pour commander la nouvelle édition du Guide Ecofrugal et lire l’intégralité de la fiche actualisée. Les conseils dispensés dans cette fiche vous feront économiser 390 € par personne et par an!

L’enfer c’est bien connu, c’est toujours l’autre ! On entend trop souvent parler des problèmes de voisinage : nuisances sonores, conflit au sujet d’un mur mitoyen, d’un droit de passage, d’un arbre mal taillé, désaccord sur la répartition des charges de copropriété… Pourtant, vous auriez tellement à gagner à bien vous entendre avec vos voisins. Vous amélioreriez votre confort de vie, en vous rendant mutuellement service et vous vivriez de manière plus économique et écologique en expérimentant la consommation collaborative.

Allez à la rencontre de vos voisins, faites connaissance, car le conflit prend souvent sa source dans l’ignorance et l’incompréhension de l’autre. Nombreuses sont les mésententes qui pourraient être évitées en dialoguant et en vivant en bonne intelligence.

La fête des voisins : s’amuser pour apprendre à mieux vivre ensemble !

Certains événements aident à mieux se connaître tel que la fête des voisins en rompant avec l’anonymat des immeubles collectifs. Vous pouvez vous renseigner auprès de votre mairie pour savoir quand aura lieu votre prochaine fête des voisins. Elle est généralement programmée au mois de mai. Les municipalités, les offices HLM peuvent apporter leur concours matériel (affiches et parfois de quoi festoyer le grand soir, certaines offrent même des bouteilles de vins). De nombreuses fêtes sont organisées grâce aux concierges qui en sont souvent les instigateurs.

Mais pourquoi attendre la date officielle pour faire la fête avec ses voisins ? Organiser des apéros avec votre voisin, c’est autant de temps que vous ne passerez pas à faire du shopping, et c’est surtout le meilleur moyen par une simple discussion de dénouer ou de désamorcer toutes les petites crises qui naissent souvent à partir de simples incompréhensions.

Rendez service à vos voisins, ils vous le rendront bien !

Par méconnaissance de nos voisins, nous préférons acheter un service tel qu’un baby-sitting plutôt qu’avoir recours à une garde partagée à tour de rôle.

Donner à manger au chat du voisin, arroser ses plantes, conduire les enfants à l’école (cf. fiche écofrugale – Pédibus) sont autant de services peu coûteux que nous pouvons nous rendre ensemble. Votre voisin s’y connaît bien en plomberie ? Il vous dépannera volontiers. Vous maîtrisez bien le droit ? Vous aurez tôt ou tard l’occasion de le remercier, car on a tous besoin un jour ou l’autre d’un conseil juridique.

Nous sommes des animaux sociaux. Aller à la rencontre des autres, sortir, bouger sont source de satisfaction et d’épanouissement. Il a été prouvé scientifiquement que le don et le partage sont bons pour le moral et la santé (cf. fiche écofrugale – Donner/recevoir). Les relations de bon voisinage sont aussi une solution contre l’isolement et la solitude de nos vies modernes.

1001 richesses à partager avec vos voisins, ouvrez leur votre caverne d’Ali-baba !

On a tendance naturellement à entasser des tonnes d’objets, à vouloir posséder tous ceux qu’on pourrait être amené à utiliser un jour (perceuse, ponceuse, barbecue, outils en tout genre). Ces objets finissent bien souvent au garage ou au grenier.

Parce que nous confondons le droit d’usage avec le droit de propriété, nous pensons que pour utiliser un bien il faut nécessairement le posséder. C’est comme ça que nous finissons par garder et stocker de nombreux biens que nous n’utiliserons finalement presque jamais. Cela nous rassure psychologiquement de savoir que nous pourrons ainsi faire face à une situation sans avoir à s’en remettre à un tiers. Mais est-ce vraiment nécessaire ? Que ce soit pour l’emprunt de livres, d’instruments de jardinage (tondeuse…) d’outils de bricolage (perceuse, escabeau…), de vélo… vous avez tout à gagner à vous aider, à prêter et à vous dépanner entre voisins. Et la planète aussi d’ailleurs ! En augmentant le nombre de bénéficiaires ou d’utilisateurs d’un même bien (livres, CD, DVD, perceuse, bétonneuse), c’est autant de matière premières non consommées et de pollution évitée. L’accès aux biens prend alors le dessus sur le réflexe propriétaire. L’échange de services, la mutualisation de biens crée du lien social qui engendre aussi des bienfaits psychiques comme la satisfaction d’appartenir à un groupe, à une communauté, cela rassure, encore plus dans l’adversité.

Les règles du bien-vivre ensemble

Ne soyez pas envahissant, respectez l’intimité et la tranquillité de vos voisins. Ne débarquez pas chez eux de manière intempestive, n’allez pas sonner chez eux à toute heure. Soyez compréhensif et respectueux de leur manière de vivre et de leurs valeurs. Il est important de bien placer le curseur relationnel, d’avoir de la bienveillance pour ses voisins sans être complaisant et tout accepter, car il n’est pas toujours facile de se débarrasser d’un voisin devenu envahissant.

Pensez aussi toujours par courtoisie et politesse à rendre ce que l’on vous a prêté sans qu’on ait à vous le réclamer. Rendez-le en bon état. Faire le plein de la voiture, offrir une révision sont autant de manières de remercier et de montrer de la gratitude à la personne qui vous a fait confiance.

Trucs et astuces

> Mutualisez votre réseau Wi-Fi. Un même réseau peut accueillir plusieurs connexions simultanées. > Profitez des fêtes que vous organisez chez vous (crémaillère, anniversaire) pour inviter vos voisins. C’est une bonne occasion de faire connaissance dans un cadre propice aux rencontres mais aussi de vous attirer leur bienveillance face au bruit. Rien ne rend plus tolérant au bruit d’une soirée chez son voisins que d’y être invité !

> Mettez des petites annonces dans votre cage d’immeuble pour indiquer les produits et services que vous achetez ou ceux que vous offrez.

> Passez commande à plusieurs pour bénéficier de prix de gros : livraison de paniers bios, achat d’énergie (gaz, fioul, livraison de bois), ou louez à plusieurs (ou à tour de rôle) une voiture pour faire vos courses lointaines, mutualisez les équipements que vous n’utilisez que ponctuellement (une remorque, un barbecue). Consommez collectivement plutôt que chacun séparément.

DÉCRYPTAGE – L’habitat groupé ou coopératif

Que ce soit à Strasbourg, à Toulouse ou à Besançon, les expériences d’habitat groupé se multiplient. Ce sont des lieux conçus de telle manière qu’ils permettent d’optimiser l’espace et de favoriser la rencontre et l’échange entre les habitants d’un même immeuble. En aménageant une buanderie, un atelier de bricolage, une salle polyvalente (pour les dîners collectifs), une chambre d’hôtes pour les visiteurs de passage dans les parties communes, vous réduisez les dépenses de chacun, vous diminuez votre empreinte écologique, vous favorisez la convivialité et vous gagnez de la place pour aménager un jardin collectif par exemple (cf. fiche écofrugal à venir – Jardinage). Ce type de formule est toutefois complexe à mettre en place car la construction d’un immeuble ou d’une résidence coopérative représente souvent un casse-tête juridique et met en moyenne 4 à 5 ans avant de voir le jour. Les coopératives d’habitants font souvent appel à un tiers pour les épauler. La fédération nationale des sociétés coopératives d’HLM accompagne des projets d’habitat groupé pour des couples aux revenus modestes. La formule habitat groupé au sein d’un éco-quartier, dont le plus connu est celui du Vauban à Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), est promise à un bel avenir. Elle concilie la nécessité d’augmenter le nombre de logements et les envies de mixité sociale, de convivialité et de respect de l’environnement.

 Témoignage…

Nathan Stern, 38 ans, Paris, sociologue, spécialiste des relations de voisinage, créateur du site Peuplade.fr et Voisin-Age.fr (avec les petits frères des Pauvres).

Lorsque j’ai conçu Peuplade.fr en 2001, je sentais que le web pouvait créer des liens bien réels en dépit de sa dimension immatérielle : en informant sur ce qu’il se passe autour de soi, en favorisant les échanges locaux de biens ou de services de toutes sortes (partage de baby-sitting, conduite des enfants à l’école, prêt de perceuse, invitation à des expos…). C’est à l’échelle locale que chacun peut devenir un acteur et ainsi bien s’insérer dans la société. Cet ancrage dans le territoire participe au respect de son milieu, à l’acceptation d’autrui, et in fine développe sa sensibilité à l’environnement.

Avec www.voisin-age.fr un site d’entraide intergénérationnel, j’avais envie de restaurer le lien avec les personnes âgées. Le jeunisme c’est aussi tragique pour les jeunes qu’on prive de leur mémoire et de leurs racines. On a tant à apprendre de nos anciens, pour beaucoup d’entre eux par exemple le développement durable, c’est inné.

Quand on veut aller à la rencontre de ses voisins, c’est toujours mieux de le faire en ayant une démarche positive. On peut utiliser un prétexte comme leur souhaiter la bienvenue, évoquer un problème commun, inviter à un pot de voisins, leur proposer un stand commun au pâté de maisons pour le vide-grenier… l’essentiel est de ne pas attendre d’avoir un conflit avec ses voisins pour aller frapper à leur porte, les chances de nouer des relations cordiales seront alors bien moindres… ça sera souvent même trop tard, on a jamais deux fois l’occasion de faire une bonne première impression !

Évoquer la mise en place d’un projet de voisinage écofrugal est sans doute une bonne manière d’initier le contact car cela instaure une dynamique positive et consensuelle. En effet, dans le voisinage, les peurs sont nombreuses : peur d’être envahi, peur d’être pris en otage, peur d’être menacé dans sa sécurité, peur des indiscrétions et des commérages, peur du contrôle social… Un voisin qui se présente comme étant porteur d’un projet ouvert sera plus rassurant qu’un voisin qui cherche à nouer une relation amicale sans objet spécifique. On gagne à préciser qu’il ne s’agit pas de créer une communauté pour vivre en autarcie mais de vivre mieux, de réduire son impact et de faire des économies ensemble. C’est utile de dire aussi que la participation au projet est totalement libre et non contraignante, qu’elle peut rester informelle et que chacun a droit de rester en paix et anonyme s’il le souhaite.

Pour qu’une coopération soit fructueuse, l’essentiel est d’exprimer sans réticence ses attentes mutuelles et ses craintes. Lorsque la coopération entre voisins porte sur des biens (échanges, prêts d’ustensiles), il est bon de passer par ce qu’on appelle un tiers de confiance. Cela peut être assumé par un autre voisin témoin ou informé de l’échange, ou par une plateforme web qui conserve une trace et propose éventuellement un système d’évaluation en ligne. La fête des voisins – dont le succès a maintenant dépassé nos frontières – est désormais une institution, on peut profiter de cette occasion pour lancer son groupe écofrugal!

Étude de cas

Emprunter une perceuse à son voisin (50 €), un tournevis de précision (10 €), bénéficier de son savoir-faire pour colmater une simple fuite (joint en caoutchouc défectueux) qui se serait transformer en dégât des eaux (150 € au minimum), récupérer la table basse de son voisin (150 €), avoir accès à son wifi (30 €)… On s’arrête là, la liste pourrait être bien plus longue, c’est déjà 390 € d’économies et autant d’objets en moins !

À vous de les estimer en passant en revue tous les objets que vous auriez pu ou pourriez potentiellement emprunter à vos voisins au lieu de les acheter ou de les louer. Faites aussi l’effort d’imaginer quelle aurait pu être votre contribution, listez aussi de votre côté les biens mais aussi les services que vous pourriez prêter ou rendre à vos voisins. Il se peut que dans le fiches des autres rubriques en particulier, celles sur la consommation (fripes, achat d’occasion, location…), vous ayez déjà comptabilisé vos économies. Dans ce cas, ne les reportez pas de nouveau  dans l’éco-calculateur au risque de les compter deux fois.

Pour aller plus loin

 À cliquer :

Habicoop.fr Pour en savoir plus sur les coopératives d’habitants, cette association lyonnaise promeut l’alternative coopérative. Elle conseille les habitants sur le montage juridique et financier.

Maisonradieuse.org C’est une expérience d’habitat collectif dans les années 50 où les habitants accédaient progressivement à la propriété et qui s’est terminée dans les années 70.

Coab.fr Cette société aide les particuliers à se rassembler pour construire ensemble leur projet d’habitat groupé. Jusqu’à 10 à 15 % moins cher à la construction.

Sudouest.fr/2010/11/20/le-vivre-ensemblea- la-mode-suisse-244252-4585.php Article qui relate l’expérience de la coopérative d’habitant Kraftwerk à Zurich.

Village-vertical.org Exemple de future coopérative d’habitants à Villeurbanne, un immeuble écologique conçu par ses « habitants-propriétaires » et qu’ils gèrent démocratiquement, sans spéculation ni but lucratif.

Rue89.com/passage-a-lacte/logement-et-sion-faisait-revivre-les-cooperatives-d-habitat Le blog Passage à l’Acte de Reporters d’espoir et Rue 89. www.peuplade.fr Site communautaire de voisinage.

Voisinssolidaires.fr L’association Voisins Solidaires propose à travers ce site de prolonger l’élan solidaire et convivial de la fête des voisins tout au long de l’année.

Voisin-age.fr Un site d’entraide générationnelle entre habitants d’un même quartier.

Monptivoisinage.com  Sharevoisins.fr Un réseau social de voisinage.

Bonjourvoisins.com Un site d’entraide et de service entre voisin.

Streetbank.com Le site Britannique qui débarque en France!

Ma-residence.fr Un des plus gros site Français.

Unvoisinepatant.com Le petit nouveau avec son style original!

Nextdoor.com Le géant américain qui ne va certainement pas tarder à débarquer en France!

2 commentaires

  1. avatar

    Pour compléter la liste des sites à découvrir: http://www.yakasaider.fr vous permet d’obtenir des services gratuitement grâce à l’entraide et l’échange de services entre voisins

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*