Jeudi , 30 octobre 2014
fren
Partageons nos bons plans économiques et écologiques!
Dépenser moins – Vivre mieux – Agir maintenant
Accueil » Loisir » FICHE ECOFRUGALE – VACANCES

FICHE ECOFRUGALE – VACANCES


Qui n’a pas besoin de se changer les idées et de s’évader quelques jours au grand air ? Malheureusement pour de nombreux Français, les vacances restent encore un luxe. Les autres, les chanceux, ceux qui appartiennent à la cohorte du milliard de touristes qui voyagent chaque année dans le monde1, réfléchissent de plus en plus à l’impact du tourisme sur l’environnement. Le bétonnage des côtes, le grignotage des terres par les complexes hôteliers, le développement des aéroports pèsent sur la biodiversité. La terre et les eaux sont polluées par les millions de tonnes de déchets produits par les touristes. Les émissions des gaz à effet de serre sont démultipliées par des déplacements toujours plus lointains.
Les problèmes risquent d’aller crescendo. L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) parie sur 1,6 milliard de touristes en 2020. Selon l’OMT, le tourisme serait même devenu la première industrie mondiale. Ce secteur, fort de 200 millions d’emplois, représente 12 % du PIB mondial. Les vacances plus vertes peuvent-elles se concilier avec le tourisme de masse ? Simple comme un séjour de vacances au désormais célèbre camping Les Flots Bleu me direz-vous…
Pas si simple, mais grâce à internet et aux réseaux sociaux le champ d’horizon du tourisme durable s’est élargi. Vous trouverez ci-dessous un éventail de solutions pour voyager plus responsable et moins cher. Vous réduirez votre empreinte écologique sans renoncer au plaisir de voyager, ni au plaisir de découvrir de nouveaux horizons et surtout de nouveaux visages.

L’hébergement
Les hôtels (gros émetteurs de CO2) sont des infrastructures touristiques très consommatrices d’espace et de ressources naturelles. Aux Etats-Unis, selon Sustainable Travel International; l’empreinte carbone pour un même séjour (4 nuits dans 2 hôtels au confort comparable) oscille entre 1,92 kg (Habitat Suites Hotel) et 52,5 kg (Hilton Austin). Du coup, difficile de s’y retrouver et de savoir à quel hôtel se fier. Un écolabel européen a été créé pour les hébergements touristiques. Pour le décrocher, les hôteliers s’engagent à respecter un cahier des charges qui leur impose de réduire leur consommation d’eau, d’énergie, de trier leurs déchets et de réduire l’utilisation de leurs emballages.
Mais pourquoi ne pas se passer tout simplement du séjour à l’hôtel ou au moins d’en réduire sa durée ? Avez-vous déjà pensé à échanger votre logement ou à loger chez l’habitant (gîtes, chambre ou maison d’hôte) ? Vous pouvez aussi louer une chambre d’ami chez un particulier comme le propose le site www.airbnb.com, ou www.craiglist.com, pionnier de la consommation collaborative. Il existe même un site 100 % Français et dont l’origine est antérieure à celle d’airbnb: Bedycasa. Il propose des chambres à louer dans plus de 159 pays!

 Voilà une bonne manière de faire des rencontres inoubliables qui déboucheront sur de nouvelles amitiés. A noter le  que le site 9Flats.com propose également une offre d’hébergement chez des particuliers dans des logements à faible impact.

Les gîtes

En utilisant la capacité existante du parc de logements privés, vous mettez un frein à l’inflation de nouvelles infrastructures. En Corse, ce système accroit la capacité touristique insulaire tout en préservant l’île de beauté.  La loi n’impose pas de critère de confort sauf l’accès à une salle d’eau et aux toilettes. Gîtes de France est le label de référence dans l’hexagone. Les épis donnent une idée du confort proposé par chaque propriétaire. Le réseau s’autogère. Ses membres peuvent décider de radier l’un des propriétaires s’il n e satisfait pas aux critères. Si vous ajoutez un petit supplément, vous pouvez même vous offrir la vie de château le temps d’une nuit. Cléavacances un autre réseau de location de vacances, de chambre d’hôte et de gîtes, décerne un label environnemental aux résidences qui répondent à son cahier des charges. Certaines fermes du réseau (Bienvenue à la ferme) qui proposent de découvrir le terroir et les produits gastronomiques, font aussi office de ferme auberge. Phénomène nouveau, de nombreux particuliers proposent désormais des nuits en cabane ou sous une yourte. Cette formule séduit de plus en plus de citadins. Comptez environ 80 € la nuit, soit le prix d’une chambre d’hôtel moyen de gamme, pour les plus belles cabanes. À ce prix on vous offrira le petit-déjeuner apporté dans un panier, que vous n’aurez ensuite plus qu’à hisser au bout d’une corde dans votre cabane, pour ceux qui se rappellent les aventures de Tom Sawyer. Si vous avez vraiment envie de vous mettre au vert, le camping en dehors des lieux de villégiature de masse reste la meilleure option. La randonnée permet de découvrir des endroits plus reculés et plus sauvages (cf. fiche écofrugale à venir – sport). Mais dans ce cas, attention à ne rien laisser derrière vous, à préserver l’eau des rivières et les endroits où vous marchez pour ne pas menacer la beauté de ces lieux d’exception. Que ce soit pour les hôtels, les campings, les gites et les chambres d’hôtes écologiques, elles font de plus en plus l’objet de labellisation ou de recensement.

Échangez votre logement plutôt que de descendre à l’hôtel !

De plus en plus de gens ont recours à l’échange de logements pour passer leurs vacances. Là aussi, utiliser l’habitat existant limite la construction de nouveaux hôtels. Vous serez un peu comme à la maison, et en cuisinant sur place vous n’aurez plus à courir les restaurants midis et soirs. Vous pourrez même y amener vos animaux de compagnie, si le propriétaire le permet. Que vous soyez locataire ou propriétaire, d’une résidence principale ou secondaire, tentez l’expérience « échangiste ». Vous bénéficierez des bons tuyaux de vos hôtes, utiliserez leurs vélos, leurs livres, leurs jeux de société les jours de pluie… Vous serez totalement immergé dans votre nouveau lieu. Vous économiserez de 50 à 70 % sur votre budget vacances, et vous vous souviendrez durablement de ce séjour.
Il existe différentes formes d’échange de logement. Soit vous procédez à un échange simultané de vos logements respectifs, soit vous procédez à un échange différé. Ce dernier se pratique surtout pour les résidences secondaires : vous prêtez votre résidence d’été et vous allez dans le chalet de votre hôte en hiver. Autre possibilité, l’échange partagé. Il est très convivial puisque vous êtes là en même temps que votre hôte, qui pourra vous compter l’histoire de son pays ou de sa région et vous fera un plaisir de vous souffler quelques bonnes adresses pour vos sorties. Les sites internet ne manquent pas pour mettre en relation les candidats à l’échange de logement. Vous aurez d’autant plus de possibilités que votre habitation est bien située (dans une capitale ou dans un lieu touristique) et qu’elle est confortable. Il faut compter 80 € pour l’abonnement annuel au site. Sur www.switchome.org, www.homelink.fr, www.trocmaison.com, www.intervac.fr, www.echangemaison.net, l’abonnement varie de 60 € à 135 €.  Sur www.echangedemaison.com ou www.bovile.com, le paiement a lieu uniquement en cas d’échange (225 € en France).

A noter le site français  GuestToGuest qui propose une large sélection de logements à échanger (plus de 47605 maisons au 16 avril 2014 dans plus de 174 pays). Le premier échange est gratuit!

C’était à prévoir, les profs – qui ont beaucoup de vacances mais pas beaucoup d’argent – ont leur site : www.profvac.com (60 € l’abonnement). Et si vous n’avez pas de maison à échanger, que faites vous me direz-vous ? Et bien essayez la garde de logement ! Vous bénéficierez gratuitement du logement en échange de sa garde, on appelle cela le « house-sitting » ! Vous ne paierez que les frais de transport et l’alimentation. En échange, vous vous engagez à dormir tous les soirs sur place et à faire quelques menus travaux (arroser les plantes, nourrir les chiens et chats). Plusieurs sites internet font l’intermédiaire entre les propriétaires et les gardiens vacanciers. Le système repose sur la confiance mais nul n’est à l’abri de dégradations. Heureusement les vols sont très rares, voire inexistants. Renseignez-vous au préalable auprès de votre assureur pour connaître les garanties de votre contrat d’assurance habitation et assurez vous que votre hôte soit couvert également.

Séjournez en auberges de jeunesse !

Il y a le choix, on en compte plus de 4 200 dans le monde. Écologiques, car elles maximisent l’utilisation de l’espace grâce au couchage en dortoirs ou en chambrées et mutualisent les salles de bains, elles sont en général très bien tenues. Bien loin de l’image désuète qui leur est parfois collée, les auberges de jeunesse sont désormais modernes, bien équipées, confortables avec souvent un accès gratuit à internet et de nombreux services annexes (linge, transports, visites…). Le prix de la nuitée varie entre 2 € (en Chine) et 25 € (en Europe). Contrairement aux idées reçues, les auberges de jeunesse, propices aux rencontres entre voyageurs, ne sont pas réservées aux moins de 25 ans et aux routards. Vous pouvez y séjourner en famille. Réservez à l’avance si vous voulez dormir à 4 ou 6 dans la même chambre. En Europe, l’inscription à la fédération unie des auberges de jeunesse (FUAJ) coûte 11 € pour les moins de 26 ans. Le public des auberges de jeunesse a évolué, on y trouve de plus en plus des flashpackers9, plus âgés et ayant plus de pouvoir d’achat que les routards. Ils voyagent léger, avec leurs objets nomades, utilisent toutes les ressources d’internet pour préparer leurs séjours et trouver les bons plans (billets transports, entrées, visites). Ils voyagent dans le confort mais sans faste pour conserver l’esprit de leurs voyages d’antan lorsqu’ils étaient backpackers.

Devenez wwoofeurs !

Ce mouvement est né en 1971 en Angleterre. Le nom est dérivé de l’acronyme anglais wwoof qui signifie World Wide Opportunities on Organic Farm. Le voyageur, rebaptisé woofeur, se voit offrir le gîte et le couvert en échange de quelques heurs de travail par jour chez l’habitant. Voilà une bonne occasion de découvrir le monde rural aux côtés d’un agriculteur bio. Vous apprendrez à traire les vaches, à faire des confitures, à faire du fromage, à faire du miel, du cidre et bien d’autres choses. La Nouvelle Zélande est la Mecque des wwoofeurs, c’est l’endroit au monde qui en compte le plus.  Renseignez vous à l’avance pour vous assurer que votre hôte recherche avant tout l’échange et le partage plutôt qu’une main d’oeuvre bon marché. Une fois sur place, faîtes appel à une association de tourisme participatif. Des habitants vous feront découvrir leur quartier de l’intérieur comme le fait, à Paris, l’association ça se visite, lauréate d’ailleurs du prix du tourisme responsable11 en 2010.


Tentez les vacances chez vous !

Appelées également en anglais les staycation pour la contraction des mots anglais stay et vacation. Autrement dit les vacances chez soi. C’est l’occasion de prendre le temps de découvrir sa région et d’en profiter pour flâner, ce que vous ne prenez pas forcément le temps de faire habituellement. Vous pouvez vous essayer à des activités artistiques, vous lancer dans l’écriture, le bricolage. 13 % des personnes parties en vacances en 2008 avaient décidé de rester chez elles en 2009 (sondage TNS-Sofres de juin 2009) mais peut-être était-ce là un effet de la crise plutôt que l’envie folle de faire du bricolage…


Découvrez les vacances vertes

Elles vous rappelleront vos classes vertes. Dans la Drôme, Pierre Rabhi (agriculteur-philosophe) défend un modèle de société plus respectueux des populations et de l’environnement, il a créé un centre de découverte et d’initiation à l’agro-écologie et à l’environnement (de 380 € à 450 € la semaine) sur une ferme de 55 hectares. Vous pourrez vous inscrire à toutes sortes d’ateliers découvertes pour apprendre à assurer votre autonomie énergétique et alimentaire et découvrir la sobriété heureuse. Essayez le congé solidaire. Demandez à votre entreprise de vous cofinancer une mission humanitaire de deux semaines à six mois. Planète Urgence a ainsi envoyé 780 volontaires en mission en 2008 pour aider des habitants de pays en voie de développement à protéger leur environnement.

Le couchsurfing

Voilà peut-être la façon la plus économe de voyager et de loin, la plus riche en surprises. Ce terme désigne une façon bien particulière de voyager et vient du site du même nom lancé en 2003. Très populaire chez les jeunes, le site compte 2,3 millions de membres, répartis dans 241 pays15 et 79000 villes. Les couch-surfers sont des voyageurs – inscrits sur le site – qui dorment sur les canapés (d’où le terme couch surfer) d’autres membres de la communauté. Dans les faits ce n’est pas aussi spartiate, vous dormirez bien souvent au moins dans un clic clac voire dans une chambre individuelle. En échange, ils s’engagent à leur tour à accueillir d’autres membres chez-eux. La personne qui vous accueille peut être présente en même temps que vous dans son logement, ou pas. Les couch-surfeurs forment une communauté dont les liens se tissent au fil des rencontres. Le but de ce site n’est pas de trouver un endroit gratuit pour dormir mais de favoriser les échanges culturels et l’ouverture aux autres.


Trucs et astuces

> Sur le site www.trocdestrains.com vous pouvez acheter des billets de trains à des prix très attrayants (Prems, IDTGV, ou billets classiques), ils sont revendus par des particuliers qui ne les utilisent pas.
> Avec la carte InterRail, les moins de 26 ans voyagent dans 30 pays d’Europe pour 399 € pendant un mois. La compagnie de car Eurolines propose une formule similaire pour voyager dans plus de 45 villes européennes.
> Avec le site de covoiturage international, covoiturez l’Europe ! www.compartir.org

Témoignage…Jean-Pierre, directeur financier à la retraite, Ariège.

Le fait de vivre plusieurs semaines dans la maison d’autres personnes nous a permis de faire des rencontres et de vivre un peu à la façon des gens du pays. Nous avons eu la chance de rencontrer des voisins toujours ravis de pouvoir nous donner des informations et de nous parler de leur pays.

Étude de cas

L’abonnement au service internet d’échange de logements en ligne, coûte entre 50 € et 150 €. Une famille de 4 personnes qui choisirait cette formule de vacance économisera les 1 000 € qu’elle aurait autrement dépensé en moyenne pour payer son hébergement pendant deux semaines.

Pour aller plus loin

A lire :
Le guide du tourisme durable – Guide du routard, édition 2010/2011 – Collectif Éditeur : Hachette.
Tourisme équitable, A la découverte de l’autre… et de soi, de Stéphanie Vialfont, Jouvence Editions.
A voir :
Vacances Système D, un reportage de Stéphanie Lebrun, Julie Peyrard & Lise Thomas Richard
sur le site d’Envoyé spécial – www.envoye-special.france2.fr
A télécharger :
www.snav.org Le livre vert du tourisme durable, sur le site du SNAV, l’organisation nationale des professionnels du voyage qui contient 10 fiches pratiques pour mieux voyager dans sa rubrique études et publications.
www.issuu.com/snav-voyages/docs/livret-vert-tourisme-responsable. Également sur le sujet.
www.unep.fr/greenpassport/ Le guide de l’ONU en français. L’objectif de ce site est de vous « sensibiliser, en tant que voyageur potentiel, à certains fondamentaux et principes permettant au tourisme de devenir une activité durable ».

A cliquer :
www.airbnb.com/ Le site d’annonce pour être hébergé chez des particuliers.
www.craiglist.com Le site de petites annonces en tous genres dont les offres d’hébergements temporaires.
www.accueil-paysan.com – www.bienvenue-a-laferme.com Pour séjourner dans une ferme, dans un gîte rural. Pour trouver des cours d’initiation, des stages et des ateliers à la campagne.
www.biovacances.net Plus de 1 544 adresses de lieux pour passer des vacances durables.
www.laclefverte.org décerne son label environnemental international pour l’hébergement touristique écologique.
www.croqnature.com, www.tourisme-dev-solidaires.org, www.visiondumonde.org sont trois sites de voyage éthique. Les séjours sont souvent moins chers que ceux proposés par les voyagistes traditionnels.
www.commercequitable.org Sur le tourisme équitable. www.voyagespourlaplanete.com/ L’une des références de l’écotourisme et du tourisme responsable.

26 commentaires

  1. avatar

    Bonjour Philippe,

    Je t’invite à jeter un œil à la liste d’infos, que j’ai relevées. A +

    ______________________________

    Découvrez les gîtes Panda
    Partez à la découverte des Parcs naturels régionaux et nationaux et des site naturels remarquables en séjournant dans un des 280 gîtes Panda.
    http://www.gites-panda.fr/

    Eco-lodges : Les plus beaux hôtels écologiques de France.
    http://www.amazon.fr/Eco-lodges-beaux-h%C3%B4tels-%C3%A9cologiques-France/dp/221254460X/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=books&qid=1266732340&sr=1-1

    Hotel vert Voyager autrement avec les hotels verts Biolodging.
    http://www.biolodging-hotels.com/

    Voyages | Cinq clefs pour bien choisir son éco-gîte.
    http://voyages.liberation.fr/week-ends-et-vacances/cinq-clefs-pour-bien-choisir-son-eco-gite

    Gîtes et chambres d’hôtes Ecogite Gîtes de France – Hébergements de haute qualité environnementales.
    http://www.ecogite.fr/

    VIATAO, guide pour un tourisme durable.
    http://viatao.com/

    Cet été, je voyage responsable par TERRA ECO.
    http://www.terraeco.net/Cet-ete-je-voyage-responsable,9680

    Ecotourisme France,tourisme durable,vacances ecologiques et bio.
    http://www.tourisme-ecolobio.com/

    Ecochic : Le guide du voyage chic et écologique.
    http://www.amazon.fr/Ecochic-guide-voyage-chic-%C3%A9cologique/dp/2878681258/ref=pd_bxgy_eb_img_b

    Le Journal de l’EcoTourisme : actualité, news et newsletter tourisme durable.
    http://www.lejournaldelecotourisme.com/

    En anglais :

    BARNES & NOBLE | Fodor’s Green Travel by Fodor’s.
    http://search.barnesandnoble.com/Fodors-Green-Travel/Fodors/e/9781400007530

    Best Ecolodges, Green Hotels & Eco Resorts.
    http://best-ecolodges.com/

  2. avatar

    Bravo, vraiment très complet! Mais plusieurs omissions : on peut compenser ses émissions de co2 sur des sites spécialisés (c’est pas idéal comme « excuse », mais c’est mieux que rien!); on peut limiter ses déplacements en voitures une fois arrivé à destination; on peut voyager moins souvent (faire un grand voyage tous les 2 ans par ex. sur 1 mois, plutôt que 4 voyages d’une semaine…)

  3. avatar
    Philippe Green

    La partie transport fera prochainement l’objet d’une fiche, celle de cette semaine est consacrée principalement à l’hébergement en vacances.Merci

  4. avatar

    Bravo Philippe pour ce dossier très complet, j’ai connu l’époque pas si lointaine où il n’y avait pas grand chose à part les Youth Hotel, aujoud’hui de nombreuses solutions apparaissent, tant mieux.

  5. avatar

    ATES, 1er réseau des voyages du tourisme équitable et solidaire : toutes formules dans plus de 70 pays, pour voyager au plus près du monde et de ses habitants.
    http://www.tourismesolidaire.org/

    Enfants de Tous Pays – Voyages Educatifs et Solidaires : association dont le but est d’agir en faveur des enfants en devenant défenseurs de leurs droits, à travers des actions de sensibilisation, de solidarité, …
    http://www.enfantsdetouspays.com/

    Rencontres au bout du monde : voyages responsables, équitables et solidaires.
    http://boutdumonde.eu/

  6. avatar

    Vous pouvez télécharger: Le C.O.D.E de la vague.Ce guide vous explique comment vous protéger à la plage sans oublier la planète:
    http://www.lecodedelavague.com/images/stories/pdf/code-vague-so-2010.pdf
    Vous apprendrez ainsi

  7. avatar

    Lu hier dans Le Figaro: Colocation de vacances, une solution pour économiser.

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/07/20/01016-20110720ARTFIG00458-colocation-de-vacances-une-solution-pour-economiser.php

    Cet article m’a fait découvrir un nouveau site http://www.colocationdevacances.com, selon son fondateur Fabien Dimeglio, ce concept permet d’économiser en moyenne 30 % du budget de la location.

  8. avatar

    Le site Airbnb.com suscite tant l’engouement des internautes que les financiers le valorise désormais à un milliard de dollars!
    Vous y trouvez désormais plus de 100 000 annonces pour aller dormir chez l’habitant dans 16 000 villes réparties sur 186 pays.

  9. avatar
    Philippe Green

    Un nouveau site découvert récemment pour échanger son logement pour les vacances http://www.trocky.com/fr/presentation.php

  10. avatar

    Mag. INTERDEPENDANCES / N°82 – JUILLET-AOÛT-SEPT 2011 – Dossier
    Voyage responsable : Le trip sélectif.

    Partir pour aider. Les vacances alternatives, qu’elles soient solidaires ou écolo, attirent de plus en plus d’Occidentaux en short. Non sans quelques contradictions… partir au bout du monde pour sauver la planète n’est pas sans conséquences environnementales et sociales. Récits de voyageurs qui donnent du sens à leurs vacances, et quelques réflexions pour limiter l’empreinte de tongs.

    Lien : http://www.interdependances.org/numero/82

  11. avatar

    La chose à laquelle on pense en premier concernant Couchsurfing est sa gratuité. Cependant si on en reste là on ne profite pas de toutes les possibilités offertes par cette communauté. Où que l’on soit il est possible de rencontrer d’autres voyageurs tout comme des “locaux”. Hébergement, visites, diners et bien encore d’autres choses sont à votre portée, avec comme mots d’ordre convivialité et inombrables souvenirs!

  12. avatar

    Ci-dessous d’autres sites pour préparer des vacances écofrugales découverts grâce à l’annuaire de la consommation collaborative:
    http://consocollaborative.com/1704-100-sites-de-consommation-collaborative.html
    Location de logement chez l’habitant:
    http://fr.bedycasa.com/

    Manger chez un local:
    http://livemyfood.com/

    Vivre des expériences de tourisme avec des locaux:
    http://www.vayable.com

    Partage d’expériences de voyage:
    hwww.backpackmojo.com
    http://www.sowetrip.com

    Échange de Maisons:
    http://www.homeforexchange.com

  13. avatar

    Bonjour,
    Parmi votre liste de sites web de locations de vacances écologiques, il manque http://www.ikinat.com !
    Vous y trouverez des adresses de gîtes écolo, de chambres d’hôtes avec petit déjeuner bio, des locations insolites pour être au plus près de la nature aux 4 coins de la France et pour tous les budgets.
    Bien à vous.

  14. avatar
    Philippe Green

    Une fiche de l’institut national de la consommation à télécharger pour tout savoir sur les différents aspects juridiques des locations de vacances.
    http://www.conso.net/fiches_pratiques_Web/Location_vacances.pdf

  15. avatar

    Des sites de réservation en ligne d’hébergements privés se multiplient. La dfficulté si vous êtes propriétaire peut être de gérer la logistique autour de l’arrivée et le départ de vos hôtes dans des conditions à la fois accueillantes et sécurisantes. Vous pouvez alors avoir besoin de services d’un site comme http://www.Paris-Sharing.com qui s’occupe de tout pour vous (si votre appartement est situé à Paris).

  16. avatar

    Partir de chez soi, ç pied, avec un sac à dos intelligemment préparés, (vêtements qui sèchent rapidement, 3 accessoires, foulard, un bijou… bien différents pour changer de look sans changer de pantalon, donc sac léger)
    et juste voir jusqu’où on peut aller en se faisant héberger par des copains ou des connaissances de communautés comme celle ci qu’on a repéré sur le chemin (en payant ce qu’on consomme)
    bilan
    en trois jours, on a fait le tour du monde.dans sa tête. Surtout si on part seul(e)
    on peut facilement, en un mois, visiter pas mal de choses inattendues. les transports en communs sont préférables au stop en terme de sécurité, le stop, avec discernement, ça démultiplie votre rayon d’action.
    bonnes vacances

  17. avatar

    Effectivement beaucoup de solutions sont envisageables pour des vacances autrement. En ce qui concerne l’échange de maison, voici un petit nouveau spécialisé sur la France et les DOM TOM : http://www.adresse-a-echanger.fr/index.php

  18. avatar
    Philippe Green

    Un nouveau site à découvrir pour partir en vacances en écogîte:

    http://www.ecogite.fr/

  19. avatar

    Vous aussi vous avez décidé de voyager responsable ? Alors dites-le sur Koom !
    Ainsi, découvrez tous ceux engagés sur l’action « Passer ses vacances en France ».
    Vous n’êtes pas seuls à agir… et votre action a un impact.
    Alors rejoignez la dynamique et découvrez vos autres supers pouvoirs !

    http://www.koom.org/web/action-detail-passer-ses-vacances-en-france_37

  20. avatar

    Vous aimez la nature ? Vous aimez voyager ? et vous aimez les rencontres ?
    Je vous invite à visiter http://www.gamping.com , le premier site qui permet de camper chez l’habitant. Déjà plus de 260 particuliers vous accueillent chez eux avec votre tente, votre caravane ou votre camping-car contre une petite rémunération. C’est en quelque sorte la « chambre d’hôte de plein air ».

    Joseph

  21. avatar

    Bonjour à tous,

    Pour des vacances à petit budget et respectueuses de la planète, il y a également Owlcamp. Nous mettons en relation des voyageurs à la recherche d’un endroit où camper pour la nuit, avec des personnes capables de les accueillir dans leur jardin, leur verger, leur pré, etc. Nous cherchons ainsi à créer du lien entre les hôtes et les voyageurs tout en protégeant certains lieux qui peuvent parfois être détériorés par le camping sauvage. Voici notre site web : http://owlcamp.com N’hésitez surtout pas à nous faire parvenir vos remarques concernant le concept, notre site et/ou notre appli mobile !

    A bientôt!

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>