mardi , 20 août 2019
enfr
Partageons nos bons plans économiques et écologiques!
Accueil » Transport » FICHE ECOFRUGALE – VELO EN LIBRE SERVICE

FICHE ECOFRUGALE – VELO EN LIBRE SERVICE

 

La petite reine est en train de reconquérir les centres urbains. Rien d’étonnant. C’est la solution de mobilité urbaine la plus économique et la plus écologique. Beaucoup de progrès ont été accomplis par les municipalités. On ne compte plus les kilomètres de pistes cyclables et les parcs à vélo qui fleurissent sur les trottoirs… Quelle ville n’a pas aujourd’hui son système de vélos en libre service ? Même New-York s’y met, c’est dire ! En 2009, la ville a aménagé 320 km de pistes cyclables. Le nombre de cyclistes a augmenté de 7 % depuis 2008 pour atteindre 201 000 personnes. Pédaler en ville devient tendance. A Strasbourg, 7,6 % des déplacements se font à vélo.

Le vélo partagé urbain ou vélo en libre service
Dès 1974, la ville de La Rochelle fut précurseur en mettant des vélos à la disposition du public. Les fameux vélos jaunes allaient faire des émules. En 2005 les vélos partagés urbains sont lancés à Lyon (Vélo’V). Mais c’est l’arrivée du Vélib’ à Paris en 2007 qui fait connaître ce nouveau mode de transport au plus grand nombre, que ce soit en France ou à l’étranger. Les vélos partagés mutualisent le parc de vélos en dissociant la propriété (la mairie bien souvent) de l’utilisation du vélo. Le cycliste n’achète que le droit d’usage et n’a plus à gérer tous les petits tracas qui sont le lot du propriétaire (entretien, crevaison, réparation, vol). En vélo, il vous est plus facile d’être ponctuel en vous faufilant dans les embouteillages et en bénéficiant de voies de circulation dédiées. Vous êtes aussi plus libre. Avec le nombre de stations qui s’installent un peu partout, vous n’êtes plus obligé de rentrer à vélo, s’il se met à pleuvoir, que vous avez la flemme, ou qu’un ami vous propose de vous déposer. La plupart du temps, ils sont disponibles 24h/24h(à Marseille le service s’arrête à minuit… le syndicat des taxis y serait pour quelque chose), ce qui est appréciable la nuit après le dernier métro (ou le dernier bus) et que les taxis sont soit trop chers ou introuvables. En libérant de l’espace sur la chaussée, le vélo participe à la réappropriation de l’espace urbain par les circulations douces. Les professionnels du transport ne sont pas en reste. Dans Paris, on voit de plus en plus de coursiers à vélo. Le tricycle est aussi de plus en plus utilisé pour transporter et livrer les colis sur le dernier kilomètre de la livraison. Contrairement aux idées reçues, vous souffrez moins de la pollution de l’air en vélo à Paris qu’en voiture.
Économique
Selon Hubert Peigné, délégué interministériel au développement du vélo cité par le journal Les Échos, des études danoises et néerlandaises ont mis en évidence l’intérêt d’une société à développer la pratique du vélo en ville. Les cyclistes ont une meilleure hygiène de vie, ils ne poussent pas à la construction de lourdes infrastructures routières ou de coûteux transports en commun. Un cycliste rapporterait ainsi 1 € du km parcouru quand un automobiliste ferait perdre de 0,30 à 0,40 €.
La sécurité
Les cyclistes représentent 3,7 % des décès sur la route.Les accidents se produisent essentiellement hors agglomération. Le nombre de victimes a baissé ces dernières années. Le vélo n’est pas plus dangereux que la voiture à condition de bien respecter le code de la route. Le non respect du feu rouge est sanctionné par une amende de 90 €. Mais surtout, vous vous mettez en danger de mort. N’oubliez pas de vous équiper d’un gilet jaune pour être vu de loin (5 €), la nuit pensez à allumer vos feux et si vous n’en avez pas, équipez-vous (16 € le kit d’éclairage avant et arrière). Vérifiez que les feux et les freins fonctionnent, et portez un casque (à partir de 8 € dans les grandes enseignes de sport.) Dans de nombreuses villes, vous avez désormais le droit de rouler à contre sens dans les rues “Zone 30”. Restez toutefois prudent pour ne pas surprendre les voitures qui arrivent en face.
ZOOM: Le Vélib
Lancé en juillet 2007 à Paris, le Vélib’ rencontre un succès grandissant au point d’être aujourd’hui étendu à la proche banlieue.Vous pouvez à tout moment louer un vélo en utilisant votre carte bancaire à la borne de l’une des 1 451 stations, espacées chacune d’environ 300 mètres. Avec l’abonnement courte-durée (1 journée), vous empruntez le vélo pendant 24 h autant de fois que vous le souhaitez, pour une durée ne pouvant excéder30 minutes par trajet. Au delà de ces 30 minutes, la demi-heure supplémentaire est facturée selon un tarif dégressif pénalisant. Si vous voulez rouler plus longtemps, l’astuce consiste à changer de vélo toutes les 30 minutes. L’abonnement annuel de 29 € est recommandé pour ceux qui utilisent un Vélib’ plus de 2 fois par mois. Surtout, grâce à une carte à puce RFID, vous libérez le vélo de sa borne d’attache en moins de 2 secondes. C’est plus rapide, plus pratique et moins cher ! Autre astuce, allonger la période gratuite d’une demi-heure, grâce à un crédit temps d’un quart d’heure cumulable, qui vous est octroyé à chaque fois que vous déposez votre vélo dans une station bonus, celles qui sont situées en haut d’un dénivelé et/ou généralement sous alimentées en vélos. Vous bénéficiez aussi de 15 minutes gratuites supplémentaires sur votre trajet en cours si la station sur laquelle vous souhaitiez déposer votre vélo est pleine. L’application iPhone géo-localise les stations Vélib’ et vous renseigne sur le nombre de vélos ou de points d’attache disponibles.
Témoignage… Philippe Green, 36 ans, conseiller financier, Paris.
“Avec le Vélib’, je n’utilise plus qu’un carnet de métro(12 €) par mois au lieu de 4 auparavant. Je sais combien de temps il me faut pour parcourir un trajet et j’entretiens ma forme. Je ne galère plus à trouver un taxi en essayant de rentrer tard le soir. J’économise au minimum deux courses par mois de taxi de nuit, soit 30 € par mois. Mon budget de déplacement urbain était auparavant de 504 € pour les transports en commun et de 315 € pour les courses de taxi, soit un budget annuel de 819 € calculé sur les 10 mois et demi de l’année quand je suis à Paris. Dorénavant il n’est plus que de 126 € auquel il faut rajouter l’abonnement Vélib’ de 29 €. Je fais donc une économie de 664 € par an. Pas de doute, c’est économique, écologique et pratique…bref c’est complètement écofrugal !”
Étude de cas
Si vous renoncez à la voiture pour vos déplacements urbains de 10 km par jour au profit du vélo partage, vous ferez 971 € d’économie par an ! (coût du transport par voiture estimé par le calculateur Ecomobile – 29 € d’abonnement.

8 commentaires

  1. avatar

    De plus en plus d’employeurs remboursent la carte Vélib: la Mairie de Paris, Louis Vuitton, Psychologie Magazine, la Fédération nationale de la mutualité française, MTV Network France, le groupe Lagardère, Logica, Play Bac, l’Office du tourisme et des congrès de Paris, Eau de Paris ainsi que Coca-Cola.
    Source http://blog.velib.paris.fr/blog/1/toujours-plus-d%E2%80%99entreprises-velib%E2%80%99-friendly/

  2. avatar

    Perso je préfère avoir mon propre vélo ! Car le vélib même s’il permet de promouvoir la mobilité douce et participe au développement durable, le “Villo” de la firme JCDecaux n’a, en revanche, pas grand chose d’éthique => http://www.lepost.fr/article/2009/07/29/1639006_pourquoi-se-gener-j-c-decaux-fait-fabriquer-ses-velos-a-2-euros-h-en-hongrie.html

  3. avatar

    Les entreprises sont désormais tenues de vous rembourser 50 % de votre abonnement Vélib si vous vous en servez pour aller au travail et c’est cumulable avec d’autres remboursements transport. Pour en savoir, allez sur : http://blog.velib.paris.fr/blog/ecoliberte/votre-abonnement-velib%E2%80%99-rembourse-a-50-ou-100-par-votre-entreprise/

  4. avatar

    Une nouvelle application super utile pour géolocaliser dans plus de 27 villes en France et à l’étranger les stations de vélo en libre partage et connaître en temps réel la disponibilité du parc.

  5. avatar

    Vous aussi vous utilisez un vélo pour vous déplacer quand vous le pouvez ? Alors dites-le sur Koom !
    Ainsi, découvrez tous ceux engagés sur l’action « Se déplacer à vélo quand c’est possible».
    Vous n’êtes pas seul à agir… et votre action a un impact.
    Alors rejoignez la dynamique et découvrez vos autres supers pouvoirs !

    http://www.koom.org/web/action-detail-se-deplacer-en-velo_29

  6. avatar

    Du nouveau pour les abonnés Vélib’ à Paris. L’abonnement annuel au Batobus est à 35 € au lieu de 60 €. Plus d’infos sur: http://www.batobus.com/Batobus-navettes-promenade-paris-seine-tarifs.htm

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*